You are here: Home » Non classé » Lien entre premier enfant et chômage

Lien entre premier enfant et chômage

D’après une étude entamée par l’Ined, le chômage aurait une influence importante au niveau des couples. En France, les couples n’envisagent pas d’avoir leur premier enfant quand ils sont au chômage.

En dépit de la crise économique et de l’importance du chômage, le taux de fécondité ne baisse pas. En 2014, on comptait 1.98 enfant par femme en métropole, un chiffre légèrement en baisse par rapport à 2008. Mais cela signifierait-il que le chômage n’a aucun impact au niveau des comportements féconds ?

 

Les chômeurs ne procréent pas

En France, le chômage retarde grandement la naissance du premier enfant. L’Ined a interrogé des personnes sans enfants à maintes reprises entre 2005 et 2011. D’après le sondage, la plupart des couples au chômage n’envisagent pas une fécondité à court terme.

En 2005, 38% des femmes et 25% des hommes au chômage ne prévoyaient pas d’avoir un enfant dans les 3 ans. Par contre, le pourcentage augmente du côté des personnes actives (53% des hommes et 43% des femmes).

Selon l’Ined, la situation conjugale est fortement influencée par le fait d’être actif ou au chômage. L’étude montre que peu de chômeurs vivent en couple (33% des femmes et 14% des hommes) par rapport aux actifs (45% des femmes et 38% des hommes).

Aussi, lorsque les chômeurs sont en couple, trouver un emploi stable, pour l’un ou les deux conjoints, devient une condition indispensable pour fonder une famille.

 

Et les chômeurs déjà parents ?

Inversement, les auteurs de l’étude constatent une importante différence entre actifs et chômeurs ayant déjà un enfant. La plupart des chômeurs qui ont déjà un enfant prévoient d’en avoir d’autres.

Ce sont souvent les personnes qui n’ont jamais travaillé qui sont des chômeurs sans enfant. Mais les chômeurs avec enfant ont souvent déjà travaillé. Ce fait leur permet de bénéficier de certains privilèges comme les droits aux allocations chômage. Ainsi, ils ont une meilleure vision de leur avenir, martèle l’étude.

Laisser un commentaire