You are here: Home » Non classé » Vote électronique : le Gouvernement indifférent aux machines à voter

Vote électronique : le Gouvernement indifférent aux machines à voter

Sa position est pour le moins équivoque. D’une part, le Gouvernement n’envisage pas que les machines à voter soient interdites au sein des communes. D’autre part, il n’annonce aucune généralisation du système au reste des communes. De plus, le moratoire concernant cette dernière reste en vigueur.

Position ambigüe du Gouvernement sur les machines à voter

Pour la députée Isabelle Attard, il serait temps de mettre fin au vote électronique au cours des élections. Du côté de la Norvège, l’expérimentation de l’utilisation de ce système ne s’est pas avérée concluante, présentant des risques élevés quant à la transparence des élections et étant ainsi susceptible de fausser les résultats. Un exemple qui devrait donc être suivi selon la députée, néanmoins sans grand intérêt selon le ministre de l’Intérieur Bernard Caseneuve. Ce dernier de déclarer en effet qu’aucune anomalie n’a été enregistrée jusque –là lors des scrutins, depuis l’utilisation des machines à voter. Cela étant, il reste indéniable que le vote électronique reste critiqué de tous côtés. Quoiqu’il en soit, le Gouvernement n’envisage donc ni de stopper leur emploi, ni d’appliquer sa généralisation au reste des communes. Toujours est-il qu’un moratoire instauré en 2007 interdise toujours l’utilisation de ces machines par de nouvelles communes.

Les parlementaires sceptiques au sujet du vote électronique

Machines à voter ou encore vote par Internet… Aucune de ces mesures inscrites dans la programmation du vote électronique ne semble séduire les parlementaires. Mais, étant donné qu’aucune demande de retrait de ce système n’ait été explicitement avancée, les différentes techniques de vote qu’il implique restent valables, dans les 60 villes françaises où il est déjà déployé.

Le vote électronique bientôt appliqué à l’élection présidentielle hors de France

Si le Gouvernement ne tient pas à se positionner clairement au sujet des machines à voter, pour les parlementaires, une autre chose reste sûre : la proposition de loi visant à développer le vote en ligne auprès des Français hors de l’Hexagone ne saurait être adoptée, en ce qui concerne l’élection présidentielle.

Laisser un commentaire